Bushman

31 centimètres d’une seule pièce. 17 centimètres de lame. Un poids de 290 grammes. Le Bushman de Cold Steel est un grand classique des sorties en nature. Il a pour lui des formes simples, une certaine élégance brute et une grande robustesse.

Sa caractéristique est de posséder un manche fait dans la même pièce de métal que la lame, qui s’enroule pour former un espace creux. Un trou est ménagé dans le manche pour pouvoir le transformer en épieu. Il suffit d’y rajouter une hampe de bois qui s’enfiche alors dans le manche d’acier ; le trou permet de la retenir fermement à l’aide d’un clou. Je ne crois pas que cette utilisation soit très plébiscitée, mais elle a le mérite d’être possible. J’ai déjà essayé quelques lancers, et à quelques mètres la sagaie à toutes les chances d’embrocher sa cible. Certains utilisent l’espace creux du manche pour y placer un mini kit de survie.

Certains autres encore se plaignent du manque d’adhérence du manche avec les mains mouillées. Ils le recouvrent alors de cordelette, paracorde, grip, ou d’un morceau de chambre à air. Ce qui autorise une double fonction ; d’allume-feu pour la chambre à air. Personnellement je n’en ai jamais ressenti le besoin. La prise en main est bonne et l’adhérence suffisante à mon sens.

Les fonctions du Bushman sont multiples, je l’utilise aussi bien en nature qu’à la maison. Dans un usage domestique il permet de préparer du petit bois pour la cheminée ou le barbecue, de trancher les pattes de volailles ou de petits gibiers. En nature, je l’utilise pour couper des branches ou des petits troncs servant au feu de camp pour les grillades. Pour bâtonner. C’est-à-dire faire du petit bois en se servant d’une autre branche pour frapper sur le dos de la lame et fendre une buche. Mais aussi pour des tâches plus fines, comme peler et trancher un ananas pour le petit-déjeuner. Ouvrir et écailler des poissons. Il peut aussi servir comme « piolet » pour faciliter l’ascension d’une pente herbeuse particulièrement raide. On pourra lui reprocher un manque d’inertie pour les travaux bûcherons mais c’est la contrepartie de sa légèreté.

Son acier carbone s’aiguise facilement. Et il est livré avec un étuis en cordura pour le transport.

Son principal avantage qui le différencie des couteaux de la même catégorie, c’est son prix modique. Moins de 30€ sur la plupart des sites marchands. A ce prix là on n’hésite pas à l’utiliser vraiment et sans peur de l’abimer.

Publicités
Cet article, publié dans Nature, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Bushman

  1. Chevreuil dit :

    Je ne suis pas un spécialiste mais l’idée d’ utiliser un couteau pour le petit bois ne m’est jamais venue à l’esprit. le briser sur son genou suffit, non ?

  2. vaevictisnow dit :

    Pas dans ce sens là. Il s’agit de prendre une bûche, ou un tronçon de branche un peu gros, et de le fendre en petits bouts de bois. Dans la verticale donc.

  3. fanfaron dit :

    @ Chevreuil

    Non mais c’est la classe. Par exemple, utilisé comme cure-dents dans un dîner, ça en jette.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s