Non à la riposte

(moderne)

Je ne connais pas Guy Sitbon.

Le « Je ne connais pas untel » est un rituel que j’ai et qui signifie que je compte m’amuser à tirer sur ce quelqu’un à la kalachnikov. Virtuelle. La Kalachnikov.

Cela va sans dire, mais quand on voit comment le MRAP nous lit, je préfère désormais préciser.

Et si je précise que je ne connais pas celui que je veux descendre (virtuellement…), ce n’est pas parce que je cherche à me déculpabiliser un peu. Mais parce que je veux faire comprendre au lecteur égaré sur ILYS que je n’ai pas d’animosité personnelle motivant ce mitraillage. Je ne suis pas non plus payé pour cela.

Non, si je vais tenter de le descendre (façon de parler), c’est parce qu’il le mérite.

Son article n’est impertinent que parce qu’il est publié sur Causeur. Mais Causeur accepte Jérôme Leroy en son sein et quelques autres amis de Julien C. Je ne sais pas comment le lectorat de Causeur a évolué. Peut-être qu’il s’est recentré. Ce ne serait pas impossible. Il est donc possible que ce papier soit tout à fait dans la nouvelle ligne de Causeur, qui s’affiche premièrement depuis plusieurs mois comme un « Magazine où l’on parle » avant que d’être un « salon où l’on cause ». Discrète évolution. Mais qu’ils ont tout de même eu l’honnêteté de matérialiser dans leur A propos.

Passer d’un salon à un magazine, c’est un peu comme quitter le baron d’d’Holbach pour rejoindre Chloé Leprince.

Et qui a envie de parler avec Chloé Leprince ? Non, à la limite, certains pervers peuvent imaginer faire d’autres choses avec elle, mais parler, quelle inutilité ici…

La France de Guy Sitbon est celle du saucisson-Coran dit-il. Sans doute faut-il comprendre que le Coran a remplacé le pinard. Qui n’est pas halal. Comme le saucisson. J’ose donc croire que la France de Guy Sitbon pourrait également être Coran-pinard. Mais, manifestement, entre le pinard ou le saucisson, il faut choisir dans la France de demain.

Cela revient un peu à ça, en pratique, je crois, le multiculturalisme.

Faire de la place aux autres cultures.

Et pour cela sacrifier des pans de la sienne.

Guy Sitbon se débarrasse du pinard. J’aurais plutôt choisi le saucisson. Mais je dois admettre avec lui que le choix est rude.

Puis vient le grand moment,

Qu’est-ce que vous voulez que j’y fasse. Que je réexpédie ces 6 millions chez eux ? C’est au-dessus de mes forces. Des vôtres. Même si Allah s’y mettait, il calerait. Ils sont ici, ils resteront. Faut bien vous l’enfoncer dans la tête : ils resteront. Très probablement en plus grand nombre. Vous n’avez pas le choix. C’est à prendre ou à laisser. Comme vous n’avez aucune envie de laisser, faut que vous preniez. Pas comme vous les voudriez, comme ils sont.

C’est au-dessus de nos forces. Oui. C’est exact. On y a gentiment pourvu depuis quarante d’ailleurs. Imaginez quelqu’un qu’on plonge et qu’on maintient scrupuleusement dans le coma pendant quarante ans. Quand il se réveille, il ne va pas se mettre à soulever des haltères de cent kilos le lendemain. Sauf dans Kill Bill. Mais c’est les américains ça.

Pour le reste, entre des constats dont le sérieux serait peut-être à revoir, Guy Sitbon a su trouver les mots pour traduire plus franchement ce que les têtes pensantes des dernières décennies avouent seulement depuis un ou deux ans.

Mais tentons d’être encore plus direct que Guy Sitbon et proposons une traduction plus courte et plus crue encore.

On vous a bien baisé.

Et que voulez-vous que j’y fasse puisque maintenant c’est trop tard, nous dit cet homme doté d’un formidable esprit de conséquence.

Le seul truc que ces gens n’ont pas tout à fait bien compris, c’est que tous les français ne sont pas encore assez lobotomisés pour applaudir parce que c’est devenu irréversible. Et qu’il n’est pas tout à fait impossible qu’ils tentent de faire payer ceux qui en sont les responsables. Peut-être que les français n’ont plus le choix, mais ils peuvent donc encore sanctionner ceux qui ont effectué ce choix pour eux sans jamais le leur dire, le leur expliquer ou même, rêvons un peu, le justifier.

Eh bien ce n’est pas de la peur ça.

C’est de la vengeance.

Le moindre militant à Riposte Laïque, ou au Bloc Identitaire, sait (ou devrait savoir) que la situation est en effet perdue. Que les batailles qu’ils remportent parfois ne sont qu’illusions et ne nous empêcherons pas de perdre la guerre. Et que même si le FN se retrouvait demain au pouvoir, les thompson ne fleuriraient pas dans les rues.

Non, ce qui les anime profondément, même s’ils ne veulent pas toujours se l’avouer, c’est l’envie de faire payer et, peut-être plus encore, la beauté de ce geste désespéré et voué à l’échec. Certes, certains d’entre eux doivent croire aussi en leur chance de réussite, sinon ils ne s’engageraient pas ainsi, mais pour la plupart cela tient, à mon avis, du romantisme.

Quel serbe ne frémit pas à l’évocation du champs des Merles, quel français ne lit pas avec bonheur les aventures de ce petit village armoricain résistant à l’envahisseur, quel allemande n’est pas envahi d’une trouble fascination pour La Chute, le russe pour Denikine, etc.

Alors, parce que la riposte ne saurait l’emporter, il faudrait ne pas combattre ?

Je comprends qu’il y en ait qui pensent autrement et qui, eux, veulent prendre les armes. Je comprends que les autres, ceux qui ne sauraient prendre les armes mais qui ont leur carte d’électeur, ne puissent décemment pas voter pour ceux qui reconnaissent aujourd’hui avoir placé le pays dans une situation de non-retour sur un sujet où ils ont sciemment organisé une opacité statistique, une culpabilisation et un blackout médiatique complet pendant plus de trente ans.

Silence médiatique auquel a participé, en tant que journaliste, Guy Sitbon.

Le même Guy Sitbon qui joue aujourd’hui le réaliste.

Et dont la performance d’artiste ne mérite peut-être pas d’être particulièrement saluée.

Quant aux autres, ceux qui sont moins romantiques, qui ont moins d’illusions aussi, ils laissent aller. Ils se retranchent. Quittent des quartiers. Enlèvent leurs enfants de certaines écoles. Évitent certains transports en commun. Tout cela quand ils le peuvent. Et ce mouvement va s’accentuer.

La volonté de réussite sociale des noirs américains, qui veulent aller dans leur 7ème arrondissement à eux, n’a jamais signifié qu’ils étaient intégrés et que les populations se mélangeaient.

On ne les prends pas comme ils sont. On se sépare d’eux le plus souvent. Et on ne prend que ceux qui, entre le coran, le saucisson et le pinard, éliminent le premier ingrédient.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

29 commentaires pour Non à la riposte

  1. Eugène dit :

    Sitbon tend les fesses, c’est obscène.
    Rien de plus infâme qu’un vieux gauchiste qui se déculotte et nous avoue comme ça sa veulerie et sa dégueulasserie. Ca sent la pissotière de vieux, la prostate déglinguée, le corps rance. Ca sent le moisi.
    On le jettera dans la fosse au tigrous.

  2. Rodion dit :

    J’ai lu le texte de ce Sitbon et votre commentaire, je ne suis pas d’accord avec vous (eh oui désolé encore mais on est là pour débattre).
    Je trouve le discours de ce monsieur d’une banalité affligeante, qui ne fait que me conforter dans mes positions vis-à-vis de la politique, à savoir qu’une prise de conscience populaire est de l’ordre de l’impossible. Aucune volonté de faire payer quoi que ce soit, juste un vieux con incapable d’admettre que défendre l’immigration massive est, a été et sera une connerie sans nom, et qui niera toujours l’évidence pour ne pas avouer que des gens comme le BI avaient raison. C’est d’un classique, essayez de convaincre ces types et si ils ne vous insultent pas, ils finiront par sortir un « de toute façon on peut rien y faire », ou « le métissage est une fatalité ».
    Bref, commentez ça revient un peu à brasser du vent. Et je note encore votre pessimisme, complètement désuet à mon humble avis…

    PS: A « Kosovo Polje », il y avait aussi des croates, des hongrois…et bien évidemment des albanais qui ont combattu contre les turcs. Mais eux ne sont pas assez tarés pour encenser une défaite sans nom qui a condamné les Balkans et où une bonne parti des dirigeants ont trahi et facilité la tâche des ottomans.

  3. Rosco dit :

    Ce texte n’est rien d’autre que la prose d’un propagandiste patenté. Le message de Sitbon, c’est celui de Radio-Paris : résignez-vous, brave gens, tout est foutu. Ce texte ne vise qu’à démoraliser les gens qui refusent la bouillie multiculturelle immigrationniste. D’ailleurs, il est symptomatique que ce genre d’argument sorte précisément au moment où les signes de ras-le-bol se font de plus en plus forts.

    Sitbon et ses commanditaires voudraient bien qu’on se laisse euthanasier en douceur. Il ne faut pas leur laisser ce plaisir. La reddition morale, c’est la pire des choses.

  4. Rosco dit :

    Et soit dit en passant, justement, personne ne va jamais « se faire » au fait que les allogènes sont de plus en plus nombreux. Les personnes lucides tenteront toujours au maximum d’éviter le contact avec les populations allogènes. Il faudrait dire à Sitbon : l’apartheid de fait, ça ne vous plaît pas ? Va falloir vous y faire.

    Sitbon est par ailleurs une pourriture communiste et un pornographe. Bref, un tas de merde.

  5. XP dit :

    Oh la vache… Ca volait déjà pas très haut, Causeur, mais là, ils ont touché le fond.

    Un journaliste, ça ne vole pas très haut par définition, mais comment peut-on être un professionnel de l’écriture, avoir dépassé les soixante-dix ans, et developper encore l’argument de « la peur »? Si un gamin de 15 ans me sortait une telle anêrie, je lui répondrais que je ne discute pas avec les gosses. Si c’était un adulte qui me sortait ça, je me dirais qu’il doit avoir à la louche un QI de 90, et je lui répondrais « tu as raison »,.

    C’est ça le vrai problème de l’époque: ses intellectuels ont pour la plupart la capacité d’abstraction de leurs femmes de ménage et auraient tous dû être orientés vers la plomberie après le certificat d’étude.

  6. XP dit :

    Je viens de me promener pour la première fois depuis longtemps dans la bouche de métro Causeur, à savoir que j’ai parcouru rapidement les commentaires. Marchenoir fait observer que c’est assez cocasse, l »argument du fait accompli, de la part de ceux qui racontent sur tout les tons « qu’un autre monde est possible » et qui proposent de foutre en l’air le capitalisme et la mondialisation.

    Argument intelligent, mais je ne vois pas l’intérêt de faire preuve d’intelligence dans un forum citoyen, c’est à dire un lieu qui est précisément fait pour que gens privés d’intelligence puissent mimer l’intelligence, et que ceux qui n’ont rien à dire puissent avoir le dernier mot.

  7. Vertumne dit :

    Je ne trouve pas de différence de fond entre le discours de Sitbon et celui de Soral. Mr 22 cm tient exactement le même discours fataliste et rationnel en apparence que Sitbon: « ils sont là, on ne va pas les renvoyer à la mer, il faut faire avec ». Je dis « en apparence » parce qu’en réalité ce n’est pas de fatalisme dont ils font preuve et encore moins de raison. C’est plutôt une sorte de constat jouissif de la part de ces arabophiles convaincus: « les Arabes sont là, et moi j’aime ça, alors ne m’enlevez pas mes Papous ». L’appel à la raison, à la résignation n’est donc qu’une extension politique de leurs lubies personnelles. Ce n’est pas pour rien que Sitbon et Soral sont viscéralement pro-palos et pro-arabes: ils aiment, pour des raisons diverses, les mahométans comme des frères et se sont rangés de leur côté. Ils trouveront donc toutes les excuses possibles pour les maintenir ici.

  8. Cherea dit :

    Sitbon que je ne connaissais pas me semble être un fin analyste d’une intelligence rare.
    Il écrit « Alors tu dis : il faut qu’ils s’intègrent. Mais ils ne font que ça. Cite moi un journal en arabe. C’est quand même bizarre, tu trouves pas ? Six millions, pas un journal »
    Bah ouais, ignare, les Arabes en France viennent en grande majorité du Maghreb où le Français est langue officielle et où les journaux sont écrits en Français, pauvre truffe. Après les journaux algériens publiés en Français, tu les trouves si tu veux les trouver…c’est sûr que tu ne les trouveras pas dans les bureaux de causeur ou dans le kiosque du quartier latin.

  9. XP dit :

    Escroquerie intellectuelle ou propos incohérent? Malhonneteté ou indigence de la réflexion? Entre les deux, sans doute.

    Ce sibon entretient une confusion entre « ce que l’on ne peut pas faire » (renvoyer les envahisseurs chez eux) et ce que l’on ne DOIT pas faire, ce qu’il refuse que l’on fasse (employer les moyens adequats pour les renvoyer chez eux, ou meme réflechir aux moyens qu’il faudrait employer).

    L’argument du réalisme est en l’occurence irrecevable, pour deux raisons:

    1/Les déplacements massifs de populations, c’est presque de la routine dans l’histoire, et ça ne se passe pas forcément dans le sang, d’ailleurs.

    2/A l’inverse d’un poncif récurrent, cette migration massive des populations du sud vers le nord est à contre-sens de l’histoire, dans la mesure où ça ne marche pas, qu’elle ne revêt aucun avantage pour les populations accueillantes, que le fait qu’elles l’acceptent s’explique que par l’idéologie, et non parce qu’elles ne peuvent pas s’y opposer… A l’inverse de ce que l’on raconte, l’arrivée de ces millions d’hommes du sud ne s’expliquent pas par la facilité des transports ou la circulation des images, ceci expliquant juste qu’ils soient tentés par l’aventure… Le fait qu’ils puissent effectivement la tenter et la réussir ne s’explique en revanche que par l’idéologie antiraciste/ethnomasogiste dont nous sommes la proie….
    Pour le dire autrement, le raisonnement selon lequel le brassage des populations et le metissage va « dans le sens de l’histoire » est aussi creux et superficiel que celui selon lequel le communisme allait « dans le sens de l’histoire » qu’on ne pouvait rien y faire. Dans ce cas aussi, ces promoteurs entretenaient une confusion entre ce qu’ils souhaitaient (l’avènement du communisme) et ce qui était soit-disant inévitable… Et dans ce cas aussi, on entrentenait une confusion entre ce qu’il n’était pas possible de faire (aller à contre sens de l’histoire, s’opposer à l’ascension irrépressible du communisme) et ce qu’ils s’opposaient à ce que l’on fasse (refuser le progrès, tomber dans la réaction et le fascisme…).

    Je viens d’opposer un raisonnement construit au non raisonnement de Monsieur Sibon…. Ca ne lui servira à rien, il va sur ses quatre-vingt ans, et c’est trop tard pour apprendre à se servir de sa tête.

  10. Restif dit :

    « Après les journaux algériens publiés en Français, tu les trouves si tu veux les trouver… » Cherea.
    Je connais même des librairies (enfin soyons franc, j’en ai visité une) où rien qu’à voir la gueule de barbus hurlants qui ornent les DVD et Cd en ventes sur les présentoirs on est assuré que la religion de paix et d’amour est dûment prêchée. Et Pas un livre en français…Et beaucoup de revues aussi (me rappelle pas pour les journaux mais il y avait tellement de trucs). Ce dont je le souviens c’est de la tête du patron et des deux-trois clients pendant tout le temps que je suis resté à regarder. Visiblement, ils avaient TRES envie de me virer mais dans une rue passante pas loin du quartier latin c’était plus que difficile. La haine dans leurs yeux… Le « qu’est ce que fout là cette chair à pâté chrétienne ». ..nous n’avons pas cette haine là, instantanée . Je n’arrive pas à me rappeler l’adresse exacte, mais la littérature de haine (à voir les images des livres et des DVD, CD et posters) se vendait ouvertement et c’était un « coin où l’on cause » avec thé et tout et tout. Je te fermerai tout ça. Le tsarisme est mort des subtilités de l’Okhrana qui laissait faire les pires ennemis du régime sous prétexte de surveillance et d’infiltration. On est des cons (enfin, le ministère de l’intérieur est dirigé par des cons).
    Je passe sur les satellites qui permettent de regarder en France les feuilletons où on voit des juifs tuer de jeunes enfants pour en faire du pain spécial (véridique). Si la Chine arrive à bloquer google -avec leur aide- on doit pouvoir interdire toute émission « à contenue raciste » non ^^ bon, l’arme est dangereuse, on risque de se retrouver avec un Zemmour interdire et des satellites qui continuent. Mais j’en reviens au com écrit chez stag et posté ici par un Bob Arctor qui a eu l’amabilité de trouver ça « intéressant » , si il est difficile de renvoyer les gens (sauf crimes de sang j’espère encore, à condition qu’il y ait double nationalité), un gouvernement à le droit constitutionnel d’appliquer les lois (car souvent elles existent) et surtout d’impulser un esprit hard de changement radical. Sarkozy avait été élu pour ça; la gauche a hurlé au « Karcher » mais le peuple, le vrai, celui qui baisse la tête aux sondages était RAVI. Hélas, notre droite a peur de la gauche et des réactions d’une poignée d’insignifiants qui représentent le pouvoir culturel et qui chieraient dans leur frocs inexistants si le fisc voulait bien s’occuper à fond de leurs cas, éplucher les confusions entre subventions culturelles et caisse familiale, entre cachets pour bonnes causes et payements pros, analyser à la loupe les frais réels et tout ce qu’on demande aux impôts, sur la feufeuille , de déduire pour frais professionnels (les costumes, les hôtels, les restaurants: je connais très bien la question, mon père a fait ce métier durant plus de 40 ans, à eu deux descente du fisc dont il est sorti entièrement blanchi, merci à maman qui garde tout, la moindre étiquettes, le plus petit ticket, qui exigeait de père des justificatifs pour le moindre teinturier d’un costume de théâtre)-c’est parfaitement légal et comme bien peu sont aussi soigneux que ma mère et mon père sur ses conseils avisés, et même que bien peu sont tout simplement honnêtes (combien de « ménages » pas déclarés entièrement,n payés en partie en liquide?) il y aurait largement de quoi faire fermer son claper au « pouvoir culturel ». Pareil dans l’édition si on veut bien étudier par exemple le cas des préfaces payées 10 briques pour voix assurée au Fémina ou autres combines. Il y en a plein. L’état a les moyens de juguler les « leaders d’opinions », en tous cas de la leur faire baisser de quelques gros crans, seulement voilà : ce sont des connaissances, presque le même milieu. La droite trahit ses électeurs pour avoir le sourire de gens qui les méprise et les taxe de facho. C’est quand même vrai qu’ils sont cons « la droite la plus bête du monde ».

    Ces putains de subvention au cinema, au centre national du livre (plein de fric donné à des écrivains sans publics! payement et édition par les conseils régionaux..Je passe sur les magouilles, c’est énorme de tunes dépensées), aux « happenings » et autres « créations », putain, mais l’état peut rayer ça d’un trait de plume. Merde, on augmente l’électricité, le gaz etc, et on ne touche pas aux rentiers de la « culture ». Mais c’est une trahison de la droite.Sur la sécurité et ce qui lui est intimement corrélée, l’idéologique qui passe par la mise au pas du tout petit pouvoir culturel, Sarkozy a trahi tout ce qu’il prétendait représenter. Lettre de Guy Mocquet lu à chaque rentrée, proposition d’adopter un petit juif mort (rien que d’y avoir pensé!), le refus d’employer un langage net, franc et sans détour du type « j’ai été élu démocratiquement pour remettre de l’ordre dans ce pays. Tout le monde doit participer à l’effort d’économie (gniark, gniark, ) je ne vois pas pourquoi il y aurait des privilégiés », bon sang,ça aurait chougné grave chez le people culturel, mais le peuple, lui aurait suivi à plus de 56 %, j’en suis convaincu. Et encore une fois, l’état à tous les moyens de faire trembler Saint Germain et autres financièrement.

  11. XP dit :

    @Restif

    Sous l’article de Sitbon, il y a un commnetaire de Marchenoir qui répond à l’argument « ils n’ont pas de journaux écrits en Arabe ».

    Il dit en gros que c’est la réaction d’un vieillard qui vit dans un monde où Internet, les satellites n’existent pas, ou seuls existent les bons vieux journaux papiers dans lesquels écrit Monsieur Sitbon.

    A propos de ce que tu dis sur les magouilles des cultureux, un truc m’a toujours sidéré: quand un film très cher est une daube manifèste (Antoine De Caunes, si tu nous regarde…), les critiques disent souvent » on se demande ou est passé l’argent ».
    Or, un film, ça peut être huit millions d’Euros qui partent en fumée en huit semaines de tournage. Des décors que l’on peut commander pour les démonter aussitôt, des figurants que l’on fait venir pour les renvoyer dans la journée, etc… Bref, tout un tas de dépenses invérifiables autrement qu’en visionnant attentivement le film, c’est à dire pas du tout…
    Il me semble que c’est ce qu’insinue plus ou moins Mocky, qui fait des films avec 500 000 €, et qui se demande pourquoi des films qui se passent la moitié du temps entre une chambre et une salle-à manger arrivent à couter 8 millions d’Euros.

    Même chose pour la télé. Il me semble, à vu d’oeil, que les émissions coutent de moins en moins cher, qu’elles consistent le plus souvent en une palabre autour d’ une table avec six chaises ou un canapé, le tout entrecoupé d’un micro-trottoir dans les rue de Paris, à deux pas des studios, d’images d’archives et de documents de l’Ina.
    A la louche, l’emission soporifique de Drucker doit couter dix fois moins cher que celle de feu Jacques Martin, qui montait un spectacle dans un théatre, sur une vraie scène avec une succession d’orchestres, des numéros en live, etc… Il a dû se gaver aussi, ce vieux cochon, mais enfin on était pas dans l’escroquerie, je pense.

  12. Rodion dit :

    « l”argument du fait accompli, de la part de ceux qui racontent sur tout les tons “qu’un autre monde est possible” et qui proposent de foutre en l’air le capitalisme et la mondialisation.  »

    C’est probablement une des plus grande arnaque de l’époque, démontrée ici-même par cette « contradiction ». Les Maitres du Monde se posent en Révolutionnaires, c’est tout bonnement incroyable quand on y réfléchit un peu.
    Par exemple, TF1 qui est censée être la chaine du pouvoir des grands financiers et industriels. J’ai regardé le JT trois ou quatre fois ces dernières semaines, toujours sans exception quelques reportages sur les petites gens victimes de l’effroyable système Capitaliste, avec les gentils employés et les méchants patrons sans cœurs. Donc ces types se présentent ennemis d’un « système » qui répètent leurs principes à longueur d’antenne! C’est du même niveau que « Sarko tient les médias », ou de la croyance en une quelconque subversion à cracher sur les USA et Israël.
    C’est tellement évident que le monde que l’on a sous les yeux est le fruit du délire gauchiste le plus total que les gens n’arrivent pas à le concevoir.

    Il n’y a aucune contradiction à ce qu’un marxiste défende le multiculturalisme tout en maudissant la mondialisation, car cette mondialisation est la sienne et uniquement la sienne. Il y a eu un malentendu entre les ouvriers et le Communisme, les premiers pensaient que le second voulait améliorer sa condition, alors qu’en fait il jouissait de les voir souffrir.
    Maintenant que la plupart des ouvriers et employés vivent plutôt bien (en comparaison de l’Histoire), ces mêmes marxistes leur en veulent à mort. Une petite famille de prolo vivant heureuse dans son petit pavillon est une hérésie, un non-sens. Il ne peut pas s’en sortir comme ça et devra subir les racailles, les voilées et les barbus.
    Voilà la Vérité, et ils s’accrocheront à ça jusqu’à l’échafaud plutôt que d’admettre qu’ils avaient tort.

  13. Dindon dit :

    le metissage est aussi creux que la séparation des races. aucune des deux choses ne va dans le sens de l’histoire non plus.

  14. Restif dit :

    Ah là là mon XP, si tu savais. Les producteurs de cette daube qui s’est viandée « Le libertin » (qui nous montre un Diderot passant sa vie à baiser, à coqueter avec des connasses quand sa correspondance nous montre qu’il n’avait presque pas une minute à lui entre l’Encyclopédie, ses écrits, La publication de La correspondance littéraire avec Grimm, bref, nous présente un fainéant trousseur de tout ce qui passe et parfois se fend d’un quart d’heure « d’inspiration »…), et ben les 2 producteurs se sont mis, écoute bien c’est garantis casher, 5 millions d’euros dans les poches!
    8 millions? Mais tu n’y est pas ! Un De Caune coûte plus que ça si on ajoute la pub, les copies -très chères les copies, surtout que Mr bide en veut un max-, les affiches, les photos, l’équipe d’attachées de presse et j’en oublie (la distribution se paye aussi, et ça c’est pas compris dans le budget qu’on nous donne qui ne compte que la réalisation et le prix des comédiens.Et du réalisateur et des prods.Le réalisateur ne s’oublie pas, je suis certain que De Caune se paye largement, au moins 300 000 euros : scénar, + réalisation+dialogues. Par ici la bonne soupe! sur le dos du contribuable).
    Et « secret défense » de Philippe Haïm a douillé 11 millions d’euros (source : le blog ciné Sensoriel film, qui aime le bide de Haïm). Ah il y aurait de quoi fouiner.c’est marrant, les journaleux Monde diplo (et les autres, les « normaux » ah, ah) qui n’arrêtent pas de nous entretenir des stock options et autres retraites chapeaux, les Attak ou la LCR, pas un mot là dessus. Les nouveaux prébendiers du régime sont intouchables.

    Et pendant ce temps des êtres sans entrailles ni âmes attaquent le Stalker, si probe, si courageux et passionné au meilleur sens du terme dans sa défense de la littérature qui compte, accumulant un travail, des tonnes d’articles et de compte-rendus réellement critiques, un boulot de galérien qui force le respect et qui est donné à lire gratuitement à tous,. Et bien des gens trainent cet amoureux des mots devant la justice. Et ces gens exigent de l’argent. Beaucoup.. C’est un authentique scandale à mes yeux et cela ne devrait pas l’être qu’aux miens,parce qu’enfin, admettons que certains trouvent (je ne comprends vraiment pas pourquoi mais admettons) le personnage énervant, il a prouvé qu’il ne travaillait que pour le public et sa propre quête, sans jamais épargner quelqu’un parce qu’il y aurait intérêt. Le genre de type qu’on honore généralement le jour où ils ont disparus d’un « ah, tu te souviens au temps du Stalker! Ça c’était de la critique érudite, fouillée, ECRITE.Un sacré talent. De la culture et du style ». Je suis intimement persuadé qu’un jour on l’évoquera en des termes fort proches. Et si demain ses ennemis l’emportaient et qu’il doive arrêter (mais ça n’est pas possible, Dieu est juste bon sang!), quel chœur des pleureuses alors!

  15. Rosco dit :

    @Restif et XP : Voici quelques infos pour éclairer votre lanterne sur le mode de financement d’un film :
    La pub et les copies sont payées par le distributeur du film, et ne font pas partie du budget de production.

    Un film français moyen coûte environ 10 millions d’euros. Il est quasiment impossible de faire un film à moins de 1 million, et encore, à ce prix-là, on a une qualité technique très basique.

    Qu’est-ce qui coûte cher dans un film ? La masse salariale. Un film, c’est au minimum une trentaine de techniciens à plein temps pendant 6 à 12 semaines. Sans compter le cachet des comédiens et éventuellement du réalisateur. C’est un problème d’échelle : même un film simple, qui se passe dans un appartement, et qui peut se faire pour un budget relativement modeste, change du tout au tout si un acteur connu et bankable entre dans l’affaire.

    Quand on engage un type du genre Depardieu qui prend plusieurs millions d’euros pour un film, tout le reste doit suivre, c’est toute l’économie du film qui change. Un peu comme quand on achète une grosse bagnole : outre le coût d’achat, il y a l’entretien, l’assurance etc…

    Autre poste très cher : les effets spéciaux numérique. Spiderman 3 a coûté 220 millions d’euros, dont 1/3 pour les effets numériques, soit un peu plus de 70 millions d’euros.

    Après, tout est dans les détails : plus il y a de costumes et de décors, plus c’est cher. Logique. Et puis les moyens matériels coûtent aussi une fortune dès qu’on veut passer obtenir une certaine qualité d’image.

    Évidemment, on peut aussi critiquer l’indigence des scénarii français, le niveau calamiteux des acteurs et l’absence viscérale du moindre talent chez la plupart des réalisateurs, mais tout cela tient à des motifs autre que purement financiers.

    Concernant le financement proprement dit, la plupart des films français sont financés en pré-achat par les chaînes de télévisions et aidés par le CNC (=notre fric, notamment à travers les 30 centimes d’euros que touche le CNC sur CHAQUE ENTRÉE en France, quelque soit le film.).

    Effectivement, certains films chers se plantent royalement, comme c’est le cas de TOUS les films de Antoine de Caune qui est un très mauvais réalisateur. Mais il faut savoir que les films français qui récupèrent la mise initiale dans les salles sont très peu nombreux. Pour rembourser un film à 10 ou 12 millions d’euros, il faut faire 1,5 millions d’entrées (approximativement), ce qui est rarement le cas. La plupart des films réussissent à se payer grâce aux diffusions télé, aux ventes de dvd, et pour certains aux ventes à l’international.

    Comment se fait-il alors que certaines sociétés de production arrivent à survire, et certains producteurs à se payer grassement, alors qu’ils enchaînent les flops ? Entre autre grâce à des système ingénieux de crédits d’impôt qui allègent les contributions des productions comme des financiers. Le réseau fait le reste, et c’est ainsi que des réalisateurs qui se plantent tout le temps peuvent faire plusieurs films, pourvu qu’ils aient un bon réseau.

    Le cinéma US fonctionne différemment, et généralement les films font le gros de leurs recettes sur les entrées en salle. Pour les gros blockbuster type Spiderman 3, il arrive que le film soit remboursé au triple avant même sa sortie par la simple vente de produits dérivés. Mais là, c’est toute l’économie du film qui est pensée dans cette perspective, et le film devient une sorte de support publicitaire géant pour vendre le merchandising.

  16. Vertumne dit :

    « par le CNC (=notre fric, notamment à travers les 30 centimes d’euros que touche le CNC sur CHAQUE ENTRÉE en France, quelque soit le film.). »

    Tout à fait cher Rosco, y compris pour les films américains ou d’autres pays. Ainsi celui qui va voir le Seigneur des Anneaux contribue à financer indirectement Rose et Noir ou Entre les Murs. Encore une forme de socialisme bien française où l’on finance des navets hexagonaux avec ce qui est élaboré à l’étranger.

  17. Rosco dit :

    Et oui, c’est ce qu’on appelle « l’exception culturelle française », ou comment racketter les productions à succès étrangères pour financer l’indigence nationale. Plus facile que de se mettre au boulot, comme savent le faire les américains. Mais ne soyons pas trop durs : ce système a permis, en son temps, de sauver l’industrie cinématographique française de la disparition totale. Le problème, ce sont les effets secondaires : une « téléfilmisation » de la plupart de la production française.

    Ceci dit, le public français est parfois à la hauteur des productions : Plus Belle la Vie est une nullité incroyablement populaire.

  18. la crevette dit :

    Restif, merci et bravo pour votre défense lucide du Stalker! Je vous suis à 200% : « Ça c’était de la critique érudite, fouillée, ÉCRITE.Un sacré talent. De la culture et du style”.

  19. Cherea dit :

    j’avais un ami qui bossait un peu dans ce milieu-là, il me demande de figurer dans un court-métrage à la con jamais diffusé et financé par je ne sais qui. Un acteur principal dont le nom m’échappe mais dont on voit quelques fois la tête. Je me renseigne un peu sur le budget, 50 000 euros pour un ou deux jours de tournage. Je suis resté un jour, j’ai pris 120 euros et je ne suis même pas sûr d’apparaître sur l’image. Sur le tournage, des techniciens, dont à mon humble avis pas la moitié est utile…des chargÉES de production en veux-tu en voilà…des assistants réalisateurs…un personnel vraiment pléthorique…
    Pause déjeuner, tout le monde, dont moi allons ripailler assez grassement au restau en face…et là l’endogamie la plus abjecte…la chargée de production mariée avec le chef-op et dont les enfants vont à dans la colonie du cinéma…réservée aux enfants de la balle…et la moitié qui crachait sur le cinéma US, ne réalisant même pas que le ciné us finançait leur resto.

    Pire que le CE d’edf et plus teigneux que SUD-RAIL…

    Une sale engeance…

  20. j.ax dit :

    C’est banal de le rappeler mais notre ethnomasochisme ne sera jamais payé de retour. La position officielle algérienne ne s’encombre pas d’une once de gratitude, au contraire elle consiste à récriminer, à demander toujours plus et à exacerber le ressentiment. J’ai entendu ainsi un officiel algérien déplorer que le Nord – c’est bien sûr la France qui était visée – impose la liberté des marchandises et des capitaux mais ne voulait pas de la liberté de mouvement des personnes. Pour eux, les millions d’Algériens accueillis en France, ce n’est digne d’aucun remerciement. Ce qu’ils veulent, comme leurs amis gauchistes de chez nous, c’est la disparition pure et simple des frontières et des distinctions. Dans le même discours de pissotière la France était blâmée pour tous les échecs de l’Algérie. Ce culot monumental fait leur force et peut faire illusion. Mais n’en va-t-il pas des nations comme des individus ? Cette attitude des Algériens peut-elle conduire à autre chose que l’autodestruction ?

    D’expérience personnelle, les interactions avec les « chances » qui nous arrivent du maghreb se passent presque toujours mal. Ainsi l’autre samedi soir dans la bonne ville de Genève ,un type nous demande l’heure; essaye de sympathiser, grands sourires, amabilités; puis, sans vergogne, essaye de me faire les poches avec un minable petit tour (que connaissant j’ai pu déjouer facilement); puis loin de déguerpir ce con, essaye direct de faire le même coup à miss j.ax ! Dire que ce mec a la même nationalité que moi. Des exemples comme ça j’en ai à la pelle, et je ne vis plus en France depuis plus de 10 ans.

    De tout cela – ingratitude exacerbée, incompatibilité totale entre les individus, incapacité de fait de beaucoup d’immigrés à vivre en Occident – je conclus à l’impossibilité à terme d’une acceptation placide de la vague d’immigration du Sud et à l’échec programmé du projet immigrationniste.

  21. oOo dit :

    Restif, merci pour cette très belle phrase:

    « La droite trahit ses électeurs pour avoir le sourire de gens qui les méprise et les taxe de facho.  »

    Sinon…
    C’est vrai que l’article en question est déprimant, et ça doit être le but…Mais aussi énervé…
    Parce qu’avec le temps qui passe, on finit par se dire que le monde va vite, et que peu de choses, que dis-je, de moins en moins de choses chaque jour, paraissent inéluctables…

    Time will tell.

  22. Rosco dit :

    @Cherea : concernant « l’utilité » des divers techniciens, je ne crois pas que vous puissiez en juger. Il est vrai que pour le profane, nombre de techniciens donnent l’impression de ne rien faire, mais c’est une impression, rien de plus, croyez-moi.

    Concernant l’endogamie et les privilèges des techniciens de la production cinématographique, vous avez totalement raison, et vous êtes encore bien loin d’imaginer toute la réalité de la chose. Le cinéma français est un vivier de bobos gauchistes hardcore, d’autant plus pathétique qu’ils n’ont ni culture ni opinions personnelles, mais se contentent de réciter le catéchisme appris dans Libération.

    Quant aux plus « humanistes » de nos acteurs et réalisateurs célèbres, ce sont en général les personnages les plus méprisants et égoïstes qu’on puisse imaginer. Et bien évidemment, cette sale engeance habite toujours de grands appartements dans des quartiers agréables et fort peu divers.

    La diversité dans le cinéma, elle est principalement représentée chez les agents de sécurité et les convoyeurs de camions. Pour le reste, c’est blanc sur blanc (ce qui assure, il faut quand même le reconnaître, un minimum de rigueur professionnelle.)

    Je porte cependant à votre attention que dans le système américain, fort peu libéral, le nombre de techniciens pour un film est en général le triple que pour un film européen. Les syndicats professionnels ont le monopole de l’embauche : si vous n’êtes pas syndiqué, vous ne travaillez pas. Point barre. De plus, une production étrangère est obligée d’engager des techniciens américains (ce que j’approuve). On assiste parfois à des situations ubuesques : la production fait confiance à ses propres techniciens, notamment aux postes clés, donc elle les engage en plus des techniciens équivalents américains, qui se retrouvent à ne rien faire.

  23. j.ax dit :

    Les meilleurs films français de ces dernières années: Les Brigades du Tigre, Michel Vaillant, Les Chevaliers du Ciel, Podium, le premier OSS 117. Comme ça je n’en vois pas d’autres. Benoît Magimel, Clovis Cornillac et Jean Dujardin: formidables. Aux USA, ce seraient des grandes stars, mais chez nous ils sont pas assez bien, chez nous le commissaire à la Culture déclare que Djamel est le plus grand acteur français vivant.

  24. Sven dit :

    36 quai des Orfèvres est pour moi l’un des derniers film français qui est de la gueule.

    Il est loin le temps des Lino Ventura, Jean Gabin, Fernandel, Bourvil etc.

    Ça c’était des acteurs.

  25. Sven dit :

    * qui ai et non pas qui est.

  26. Terby dit :

    Si je puis me permettre, puisqu’on cause de Benoit Magimel et qu’on s’éloigne du sujet, « Déjà mort » est un film superbe à mon avis – que je ne conseillerai pas à mes enfants mais puisqu’on est entre adultes, hein, bon…
    Aussi, j’en profite pour appuyer la crevette, Stalker est génial, c’est vrai, et d’une gentillesse, inimaginable.

  27. la crevette dit :

    Terby : « Aussi, j’en profite pour appuyer la crevette, Stalker est génial, c’est vrai, et d’une gentillesse, inimaginable. »
    Trouillard!!^^

  28. Nebo dit :

    Moi j’aime beaucoup Sami Bouajila et Roschdy Zem dans « Change-moi ma vie »Tahar Rahim dans « Un prophète »… sinon y’a Jalil Lespert dans « Le Promeneur du Champ-de-Mars » mais aussi dans « Sade »… superbes interprètes. D’ailleurs je ne parle que de leurs qualités d’interprètes… les films je m’en fous pas mal. 🙂

  29. Yann dit :

    A Alésia, on a perdu.
    A Orléans, on a gagné.
    Avant Alésia, on a sûrement déjà perdu aussi,
    mais le vainqueur n’a pas eu la bonté d’évoquer les vaincus..
    Et pourquoi a t-on gagné à Orléans plutôt que perdu à Orléans ?
    Eh bien, parce qu’ on a fait à Orléans ce qu’ on n’ a pas fait à Alésia, je suppose.

    L’art de la victoire (car c’est un art, pas une science, c’est ce qui désespère les cœurs secs) et, en particulier, l’art de la première fois, c’est de savoir entremêler passé-présent et futur. Tirer les leçons des expériences passées, les adapter aux circonstances présentes et y injecter ce qu’il faut de nouveauté pour les orienter dans le bon sens.

    A Orléans, on a refait Alésia mais on y a ajouté un ingrédient d’une audace inouïe : Vercingétorix n’ était pas dans les murs d’Orléans, mais dans l’ équipe de renfort… C’était l’ingrédient qu’il fallait.

    D’autres disent que « la meilleure défense d’une forteresse n’est pas ses hautes tours ni ses profonds fossés », mais les hommes qui la peuple. Probablement parce que des tours ne sont pas capables de saisir l’occasion d’ aller parcourir 20 kilomètres à marche forcée pour attaquer le campement ennemi à l’aube ?

    Quand je lis cet article sans vrai moral, je ne retrouve pas qu’un cœur de pierre.
    Je vois un esprit figé par je ne sais quelle malédiction, aussi rigide que la pierre, sans capacité à l’émerveillement. Nous aurions donc déjà perdu ? Et il ne serait donc question que de ne pas survivre à un beau dernier suicide ?!? .. Avez-vous donc à ce point peur d’un lendemain de victoire ? Certes, nous en avons, en France, perdu l’habitude sinon le souvenir ; l’ inconnu a toujours quelque chose d’effrayant. Mais pour moi, le « dernier » petit matin sonne aussi comme le premier ; et il sent la foudre et le feu de bois.

    Désolé l’ ami ! Nous allons faire beaucoup plus que nous arrêter au Champ des Merles, au village d’Astérix ou dans un Berlin d’apocalypse ! Nous allons rappeler, et DIRE, la capacité particulière de la France à pratiquer le coup de maître, qui ressort régulièrement depuis si longtemps que cette chance ou ce miracle est presque considéré par les vrais Français comme un ingrédient ordinaire, qui va de soit (et par les étrangers, comme une « fable »). M Sitbon aime les métaphores ? Eh bien, ne lui parlez plus de pinard mais plutôt des mâchoires de la mer Rouge (un autre genre de pinard) quelques secondes avant qu’elles se « réveillent ».

    Nos ennemis tiennent compte du passé (ou pas, c’est selon) mais n’y injecte pas le présent (ou si ; c’est soit l’un soit l’autre mais jamais les deux comme il faut). Or si l’on tient compte du passé et qu’on y injecte le présent, on y bâtit l’avenir : nous, nous leur refusons le rôle de juges qu’ils se donnent. L’histoire n’est pas figée ni finie ; elle est encore en cours, et le mauvais génie de nos ennemis est de nous faire croire le contraire. Sauf que je pense sincèrement qu’ ils croient exercer leur art sur des créatures réveillées … alors que les vrais Français sont au contraire « en train de se réveiller » de leur longue hibernation … à la manière des ours .. et que ce malentendu n’augure rien de bon pour nos ennemis.

    Comme j’aime les images et vous aussi, imaginez cette situation : un misérable bonhomme donne des coups de pied dans un ours mort, et se pavane devant tous pour demander de l’attention et de l’obéissance, voire de l’adoration ! Lui, un tueur d’ours ? Qui manque de respect à cet animal magnifique ? Qu’il aurait soit disant affronté et tué ?? Impossible ! C’est un misérable bonimenteur, quoique doué !

    .. Et sauf que l’ours .. n’est pas mort ; il est juste en train d’ essayer de prolonger sa longue sieste, tandis que le bonhomme croit que l’ hibernation est une fable ^^ Il se joue alors une course de vitesse entre le réveil progressif de l’Ours et sa prise de conscience par l’ennemi encore désarmé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s